Poésie A papa de Maurice Carême

Imprimer la poésie :
A papa de Maurice Carême

À papa

– J’écris le mot agneau
Et tout devient frisé :
La feuille du bouleau,
La lumière des prés.
– J’écris le mot étang
Et mes lèvres se mouillent :
J’entends une grenouille
Rire au milieu des champs.
– J’écris le mot forêt
Et le vent devient branche.
Un écureuil se penche
Et me parle en secret.
– Mais si j’écris papa,
Tout devient caresse,
Et le monde me berce
En chantant dans ses bras.

Maurice Carême

Enregistrer

Enregistrer

Share Button

4 Commentaires

  1. Anonyme ill est faux ton commentaire car le poeme ets pas du tout lonng … en tout cas pas comme un livre de 100 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée

Laisser un commentaire